Aventure Homme-Cheval en AZERBAIJAN

Écrit par R-DESIGN le . Publié dans Frontpage Blog

Passionné de chevaux et de grands espaces, je vous propose de vous faire partager cette passion à travers mon dernier voyage.

Le voyage en Azerbaïjan

L'Azerbaïdjan est une république à régime présidentiel. Ses dirigeants ont choisi l'alliance politique avec les États-Unis.

Aujourd'hui, les États-Unis sont bien implantés dans le pays intéressés par la position stratégique de l'Azerbaïdjan dans le Caucase et par la présence de pétrole. La Russie a retrouvé une large influence à Bakou. L’Iran s’est également rapproché du pays en raison de la présence d’une forte minorité azérie d'à peu près 20 millions de personnes en Iran, mais aussi parce qu'ils recherchent une alliance pour contrebalancer l'influence turque sur la région. L'azeri est une langue du groupe turc et il existe de forts liens culturels et politiques avec la Turquie. [source : Wikipedia]

Quelques données chiffrées :

Superficie : 86 600 km2
Densité : 103 hab./km2
Frontières terrestres : 2 013 km (Arménie 787 km ; Iran 611 km ; Géorgie 322 km ; Russie 284 km ; Turquie 9 km)
Littoral : 713 km (mer Caspienne)
Extrémités d'altitude : - 28 m (mer Caspienne) et 4 485 m (Bazarduzu Dagi)

Ce voyage que je vais vous raconté, est certainement celui qui sur le plan humain a été le plus difficile et le plus impliquant sur le plan physique qu'il ait été permis de vivre.

Parti avec mes compagnons de voyage, nous nous sommes lancés un défi, celui de parcourir les plus hauts sommets de l'Azerbaïjan en compagnie de nos amis les chevaux et bien entendu, accompagnés des guides locaux (les Lezgins - Peuple des montagnes). A travers les photos (ci-dessous), vous vous rendrez compte des conditions rudimentaires que se sont imposées à nous pendant ce voyage, mais nous n'étions pas venus pour cela. Dès notre arrivée à BAKOU (capitale de l'Azerbeïjan), nous avons été pris en charge par un guide et son traducteur, nous avions chacun un duo (un guide et son aide de camp) et ils ont été d'une grande utilité, proche de nous et soucieux de notre forme tout au long de cette aventure.

L'ascencion débutat après une journée de bus entre BAKOU et la région d'Ismaili vers le village d'Isti-su situé au pied des montagnes, et après avoir fait le plein sur les marchés locaux qui se trouvent en bordure des routes, nous sommes partis en direction de notre camp de base n°1.

Le camion de l'époque russe, après nous avoir remonté à travers un torrent assèché, durant trois heures, njous déposa au pied de la montagne BABA-DAG, où nos chevaux nous attendaient pour l'excursion vers les hauts sommets de l'Azerbaïjan.

Nous sommes passés par des chemins escarpés, à travers des ruisseaux et rivières, un treck difficile sur les hauteurs avec des pistes rocailleuses qui nous tordent les pieds au moindre faut pas - un long chemin semé d'embuches. Une pause au camp de base n°2 à plus de 3 000 mètres pour installer notre bivouac. A cette altitude, le rythme cardiaque s'accélère, l'oxygène est trop pur et cela accélére le processus d'essouflement et de fatigue. Nous prenons conscience de nos limites phusiques et sommes arrivés au sommet éreintés et à bout de force, mais content d'avoir gravit les sommets de l'Azerbaïjan. Nous fûmes récompensés par la beauté du site, un treck extraordinaire où nous avons surmonter nos difficultés individuelles, et atteint nos limites du supportable.

Un voyage que je vous recommande tant, il a été dépaysant et agréable par la chaleur de ce peuple.

Stéphane ROBERT

QUELQUES PHOTOS partagées